L’histoire des feux sonores : un siècle d’évolution

L’histoire des feux sonores : un siècle d’évolution

Permettre aux personnes aveugles de traverser la rue en sécurité, la question s’est posée très rapidement après l’implantation des premiers feux tricolores. Mais on a longtemps cru qu’il suffisait de traduire la couleur du feu piéton par un son caractéristique pour que celles-ci puissent localiser la traversée, décider à quel moment s’engager et se rendre sans risque de l’autre côté de la rue. Les technologies actuelles et notre connaissance des besoins et des usages des personnes aveugles et malvoyantes permettent aujourd’hui de proposer des systèmes bien plus perfectionnés. Retour sur près de 100 ans d’histoire !

Les premiers feux sonores… pour tous les usagers de la route !

Saviez-vous que les premiers feux de signalisation étaient sonores ? Mais ce n’était pas pour les personnes aveugles ! Au début du 20e siècle, on ne parle pas beaucoup de ville inclusive ou d’accessibilité. Pourtant, le premier feu fonctionnant à l’électricité installé à Cleveland (Etats-Unis) en 1914 émet un signal sonore. De même que la plupart des feux de signalisation installés dans les années 1920 en Europe. La raison est simple : le signal sonore a alors pour vocation d’alerter les usagers de la route, encore peu habitués à la signalisation lumineuse, sur le changement de couleur du feu. Une sonnerie retentit à chaque passage du rouge au vert et inversement.

1920 : Les premiers feux sonores pour aveugles aux Etats-Unis

En parallèle, c’est au début des années 1920 qu’on retrouve les premières installations de feux sonores conçus pour les personnes ayant un handicap visuel. Ces systèmes émettent en général un son de cloche ou une sonnerie tout au long de la phase verte. On les trouve à proximité des écoles pour aveugles mais ils ne font l’objet d’aucune réglementation.

1960 : Les feux commencent à se faire entendre partout

Si les premiers feux sonores dédiés aux personnes déficientes visuelles semblent apparaitre dans les années 1920 de manière extrêmement sporadique, il faut attendre 1960 pour les retrouver plus largement. C’est à cette époque qu’apparaît au Japon le système de feu sonore encore le plus commun dans le Monde aujourd’hui. Il se répand ensuite massivement aux Etats-Unis au milieu des années 1970. Il s’inspire des chants d’oiseaux. Un haut-parleur fixé sur le mât du feu émet le son du coucou sur les axes de circulation Nord-Sud et un gazouillement sur les axes de circulation Est-Ouest.
En parallèle, d’autres systèmes se développent en Europe et en Australie.
Les limites des feux sonores émettant un chant d’oiseau pendant la période de traversée sont rapidement dénoncées par les représentants des associations de personnes aveugles. Premièrement, l’information transmise par le haut-parleur est très limitée. La distinction entre le chant du coucou et le gazouillement du moineau n’est pas suffisante pour indiquer les traversées sans ambiguïté. Ceci implique que les piétons déficients visuels connaissent en permanence leur sens de déplacement. D’autre part, ce système ne permet pas de localiser le début de la traversée lorsque le feu piéton est rouge puisque celui-ci reste alors silencieux. Si la traversée piétonne est conditionnée par l’appui sur un bouton d’appel, rien n’indique sa présence. Enfin, les riverains se plaignent souvent du bruit de ces systèmes permanents.

1990 : On commence à vouloir faire taire les feux !

Jusque dans les années 1990, les systèmes de feux sonores sont des systèmes à fonctionnement permanent, parfois interrompus pendant la nuit. La pollution sonore causée par ces dispositifs devient alors un enjeu environnemental. Plusieurs systèmes de répétiteurs sonores activables par un bouton poussoir fixé sur le mât du feu voient le jour en Europe et en Australie avant de s’exporter aux Etats-Unis. D’autres systèmes se développent, qui font appel au sens du toucher : boitiers vibrants en Suisse, cônes tournants en Angleterre… Mais tous ces dispositifs posent un problème indéniable aux usagers aveugles ou malvoyants : ils ne permettent pas de localiser la traversée à distance et nécessitent la recherche du mât, qui ne se trouve pas toujours à proximité directe du passage piéton, pour obtenir l’information sur la couleur du feu. La manipulation d’un bouton poussoir, boitier vibrant ou cône tournant dans l’espace public pose aussi des problèmes d’hygiène. Pour faciliter leur détection sans pour autant saturer l’environnement sonore, certains boutons poussoirs émettent un bip régulier, dit « bip de localisation » qui ne s’entend qu’à faible distance.

En France, un démarrage tardif mais une technologie innovante !

A cette époque, la France ne compte encore que quelques feux sonores installés à titre expérimental. A Toulouse par exemple, une sonnerie retentit pendant la phase verte du feu piéton sur certains carrefours très fréquentés. En 1993, EO GUIDAGE innove en inventant un feu sonore commandé à distance par une télécommande. Ainsi, les usagers aveugles ou malvoyants n’ont pas à chercher le feu pour le déclencher. C’est lui qui se manifeste en annonçant sa couleur et le nom de la rue sur laquelle il est implanté. Les feux sonores radiocommandés s’imposent peu à peu face à d’autres systèmes vibrants. La distribution des télécommandes s’organise dans les villes équipées. Il existe alors plusieurs télécommandes utilisant des fréquences radio différentes selon les fabricants. Pendant de nombreuses années, l’usage de la télécommande cohabite avec celui des boutons poussoirs. Mais ceux-ci sont peu à peu abandonnés, car souvent utilisés à tort, ils entrainent des nuisances sonores pour les riverains. Seule Paris les a conservés en raison de la forte proportion de visiteurs étrangers.
En 2002, les répétiteurs de feux sonores sont normalisés par l’AFNOR. La norme fixe les caractéristiques techniques des modules sonores, la fréquence radio utilisée pour leur déclenchement et le contenu des messages qu’ils diffusent. Sur la phase rouge, un feu sonore doit obligatoirement annoncer « Rouge piéton » suivi du nom de la rue, de manière à limiter le risque de confusion entre deux traversées pour les personnes déficientes visuelles. Sur la phase verte, un son de cloche est diffusé en continu. La réglementation française impose l’installation de répétiteurs sonores pour tout nouveau feu, mais aussi à chaque fois que des travaux sont réalisés sur un carrefour. Plus de 200 000 feux piétons sont aujourd’hui équipés de répétiteurs sonores répondant à la norme NF S32‑002.

Et aujourd’hui, quel avenir pour les feux sonores ?

De nombreux systèmes existent à travers le Monde pour permettre aux personnes aveugles ou malvoyantes de connaitre la période pendant laquelle elles peuvent traverser la rue : coucou, cui-cui, bipbip, tactac, et même mélodies traditionnelles au Japon. D’autre part, les normes diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre. Cependant, les besoins sont universels ! Performance acoustique, facilité d’utilisation, information personnalisée, limitation des nuisances sonores, facilité de maintenance, réduction des coûts…, autant d’enjeux pour lesquels les technologies actuelles ont beaucoup à apporter ! En 2019, il est désormais possible de paramétrer un feu sonore à distance, mais aussi de le déclencher avec son smartphone, un outil dont on sous-estime encore le potentiel !

L’histoire des feux tricolores à travers les âges … [1868-2019]

L’histoire des feux tricolores à travers les âges … [1868-2019]

Rouge, vert, orange… Les feux tricolores font désormais partie du quotidien de n’importe quel citadin. Ils n’ont pourtant pas toujours été là ! Et même si on remet aujourd’hui en question leur présence dans les centres-villes, ils n’en gardent pas moins une fonction essentielle : réguler les flux de circulation incompatibles sur un carrefour. Retour sur un siècle et demi d’histoire !

Un premier essai manqué en Angleterre

10 décembre 1868 : c’est officiellement la date de naissance du premier feu de signalisation au Monde ! Ceci se passe à Londres sur Parliament Square. Le système se compose de deux écriteaux mobiles montés sur des bras pivotants manipulés par une manivelle. Un sémaphore alimenté par une flamme au gaz surplombe l’ensemble pour en assurer la visibilité. Mais sa vie est de courte durée. Moins de deux mois plus tard, l’appareil explose, provoquant la mort de l’agent de police en charge de sa manipulation, qui décède des suites de ses blessures.
Merci la fée Electricité !

Il faut attendre la diffusion de l’électricité pour que, 46 ans plus tard, le premier feu bicolore fonctionnant grâce à cette nouvelle énergie soit installé à Cleveland aux Etats-Unis. La couleur orange vient s’ajouter entre le rouge et le vert dès 1920 à Détroit et New York. Le feu tricolore est né et deviendra la norme partout à travers le Monde.

1920-1930 : Les feux s’allument en Europe

C’est en 1923 que le premier feu mécanique alimenté à l’électricité est installé à Paris à l’intersection du boulevard de Strasbourg et des Grands Boulevards. La plupart des grandes villes européennes lui emboîtent le pas : Berlin en 1924, Milan en 1925, Rome en 1926, Londres en 1927, Prague en 1928, Barcelone en 1930… Et le système s’exporte même à Tokyo en 1931.

Harmonisation et réglementation dans les années 1930

La première Convention sur l’unification de la signalisation routière est conclue à Genève le 30 mars 1931. L’objectif est alors « d’augmenter la sécurité du trafic par route et de faciliter la circulation routière internationale par un système uniforme de signalisation Routière. » La plupart des panneaux que nous connaissons encore aujourd’hui sont définis à ce moment-là. Les signaux lumineux tricolores (rouge, orange, vert) se généralisent. En France, la circulaire du 11 juillet 1938 des ministères de l’intérieur et des transports fixe définitivement la couleur des feux et leur disposition. L’arrêté du 22 octobre 1963, appelé Instruction Interministérielle sur la Signalisation Routière, précise les conditions d’utilisation et d’implantation des signaux lumineux. Ce texte qui comporte désormais 9 parties est constamment mis à jour en fonction de l’évolution de l’urbanisme et des modes de déplacement.

Des signaux spécifiques pour les piétons

Les feux piétons apparaissent rapidement après les feux tricolores. Au début, ils prennent des formes variées mais suivent les codes couleurs des signaux destinés aux véhicules : rouge et vert. Ronds, carrés ou rectangulaires, on peut y lire les consignes « Attendez » au rouge et « Passez » au vert. En 1974, la réglementation impose les figurines que nous connaissons aujourd’hui, dans un souci de compréhension par les étrangers et d’harmonisation à l’international. Au début, les signaux pour piétons peinent à s’imposer en raison du surcoût qu’ils représentent et de leur utilité contestée. Mais à partir de 1955, ils sont systématiquement installés sur les carrefours parisiens.

Un déploiement exponentiel à partir de 1950

Le trafic routier connait une très forte augmentation entre 1950 et 1980, ce qui impose une régulation des flux de plus en plus stricte et entraîne le déploiement massif des feux tricolores. En 2011, les grandes agglomérations françaises comptent en moyenne un carrefour à feux pour 1 000 habitants. Le record revient à Bordeaux avec un score de 1,26, tandis que Nantes fait figure d’exception avec seulement 0,57.

S’ils ont longtemps été considérés comme la meilleure solution pour gérer les conflits entre flux de circulation incompatibles, les signaux lumineux tricolores sont aujourd’hui suspectés de favoriser des comportements accidentogènes. Voilà pourquoi de nombreuses villes et métropoles remettent aujourd’hui en question l’implantation systématique de feux et privilégient d’autres aménagements réduisant la vitesse des véhicules. Parallèlement, elles souhaitent offrir de meilleures conditions de circulation pour les modes de déplacement doux et les transports en commun. D’où l’apparition de nouveaux signaux lumineux pour leur donner la priorité !

 

« Connaissez-vous bien votre parc de feux sonores ? »

« Connaissez-vous bien votre parc de feux sonores ? »

Comme tout bon responsable de la signalisation tricolore, vous avez pour ambition d’atteindre 100% de mise aux normes de vos carrefours à feux. Mais avec les différents marchés, les changements de matériel, la succession des équipes…, difficile de savoir où vous en êtes ! Bien connaitre votre parc est pourtant une étape indispensable pour tout projet de déploiement et mise à niveau de vos feux tricolores. Depuis 25 ans que nous sommes aux côtés des villes et métropoles, nous connaissons bien les recettes qui fonctionnent. Nous avons donc développé toute une gamme d’outils et de services pour vous accompagner et réussir votre stratégie d’équipement en feux sonores !

Comment cartographier vos installations

Depuis l’invention des feux sonores radiocommandés en 1993 et leur normalisation en 2002, les technologies n’ont cessé d’évoluer ! Il est donc bien normal que vous ne connaissiez pas exactement quel est votre taux d’équipement, où sont situés les modules sonores, quelle est leur génération, leur état de fonctionnement, etc. C’est du moins ce que nous constatons, dans des proportions plus ou moins importantes, lors de nos visites dans les villes et métropoles. Et c’est la raison pour laquelle nos ingénieurs ont planché sur une solution qui vous permette de référencer et cartographier simplement vos équipements.
X-Map est une application disponible sur tablette et smartphone. Elle permet de repérer l’emplacement des modules sonores, la génération de la carte électronique, sans avoir à ouvrir ni même toucher la figurine « piéton ». Vous obtenez alors tous les renseignements sous forme d’une carte Google interactive et d’un tableau. Jamais auditer vos installations n’a été si rapide !
Dans un premier temps, ces données vont vous aider à élaborer votre stratégie de mise aux normes de vos carrefours à feux et d’organiser la maintenance. Ces données seront également précieuses pour communiquer auprès des utilisateurs aveugles ou malvoyants sur les lieux équipés.

Un état des lieux pour organiser la maintenance préventive

Puisqu’il est toujours plus facile de prévenir que de guérir, nous vous encourageons vivement à adopter une stratégie de maintenance préventive. A Bayonne, par exemple, des tournées sont organisées tous les mois pour vérifier simultanément le bon fonctionnement de la signalisation lumineuse et des modules sonores associés. Chaque année, la ville consacre un budget constant pour le renouvellement des modules sonores les plus anciens. Et c’est là où il est très utile de savoir où ils se trouvent !
En renouvelant progressivement les équipements les plus anciens, vous vous assurez de bénéficier des technologies les plus avancées, améliorer la fiabilité de vos installations et faire des économies d’énergie. Vous limitez les interventions de maintenance curative et, car c’est bien là l’objectif, garantissez la sécurité des piétons aveugles ou malvoyants lors de leurs traversées !

Si vous ne savez pas bien par quel bout prendre ce projet, n’hésitez pas à faire appel à notre équipe ! Nous serons heureux de vous faire profiter des bonnes pratiques recueillies au cours de nos 25 ans d’expérience auprès des villes, métropoles et installateurs.

DEMANDE DE DEVIS

Remplissez les champs suivants et recevez votre devis dans les 48h !

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

DEMANDE DE DEVIS

Remplissez les champs suivants pour le produit télécommande EO Evasion et recevez votre devis dans les 48h !

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

DEMANDE DE FICHE PRODUIT/TECHNIQUE

Remplissez les champs suivants et recevez instantanément notre documentation précise pour le produit EO+ à intégrer.

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

DEMANDE DE FICHE PRODUIT/TECHNIQUE

Remplissez les champs suivants et recevez instantanément notre documentation précise pour le produit EO+ à fixer sur mat.

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

DEMANDE DE FICHE PRODUIT/TECHNIQUE

Remplissez les champs suivants et recevez instantanément notre documentation précise pour le produit EO+ SMART à intégrer.

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

DEMANDE DE FICHE PRODUIT/TECHNIQUE

Remplissez les champs suivants et recevez instantanément notre documentation précise pour le produit EO+ SMART à fixer sur mât.

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

DEMANDE DE FICHE PRODUIT/TECHNIQUE

Remplissez les champs suivants et recevez instantanément notre documentation précise pour le produit EO Evasion.

J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)
J'accepte de recevoir des offres spéciales et des informations sur nos produits et services OKEENEA


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

TÉLÉCHARGEMENT DE LA RÉGLEMENTATION
J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!

TÉLÉCHARGEMENT DU CATALOGUE VOIRIE
J'accepte de recevoir du contenu personnalisé (livres blancs, check-list, cas clients, etc.)


* Les informations qui vous concernent sont destinées exclusivement à Okeenea. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour en savoir plus, consulter notre Politique de confidentialité des données.

You have Successfully Subscribed!